Je te vois

13 août

Mon Petit Cœur,

Aujourd’hui, c’est une belle journée, un 13, notre nombre porte-bonheur, le jour qui t’a vu naître. D’ici quelques heures, tu auras 21 mois. Tu aurais eu 21 mois. Je te vois avoir 21 mois. Le soleil brille sur notre beau jardin, Papa bricole, encore et toujours. C’est sa thérapie à lui comme il aime dire ; « Julie écrit et moi je tape sur des choses ». Chacun son exutoire.

Nous avons fait le choix de ne pas partir en vacances, nos vacances c’est de profiter du premier été dans notre maison. Je réalise que j’avais beaucoup trop culpabilisé de partir l’an dernier même si notre escapade madérienne était salvatrice. Je me sens plus légitime de rester ici dans cette maison, cet endroit qui jamais n’aurait pu te connaître, dans aucune des configurations possibles de la vie ou de la mort. Cela ne veut pas dire qu’on ne partira plus jamais en vacances, on compte bien profiter ici comme ailleurs, sois rassuré. Mais j’aime ces vacances chez nous, c’est la première fois que je vis cela : me sentir en vacances à domicile.

Ton petit chien, Oscar, pousse bien et ses poils aussi. C’est dur de me dire qu’on arrive à passer plus de temps avec un chien plutôt qu’avec notre Fils. Il a 10 mois, quand la vie ne nous a laissés à peine moins de la moitié ensemble. Un chien reste un chien, chacun à sa place, mais elle nous fait beaucoup de bien cette truffe très gentille et très présente.

Après plus de 39 de fièvre, Maman aime toujours tomber malade pendant les vacances, je revis un peu plus et aussi parce que je refuse de passer le jour qui célèbre ta naissance dans mon lit. Je ne sais pas si c’est mon corps ou mon cœur qui avait besoin d’évacuer mais je me sens presque plus légère après cet épisode grippal. J’ai récemment pu échanger sur la notion d’hyper attachement qui pourrait expliquer nombreux symptômes que je ressens depuis ta perte. Certains que je conserve de ma grossesse ou de ma maternité, et d’autres choses qui représentent une lutte pour mon corps. Il a fini par abdiquer sur certains points et je perçois cela comme un pas en avant, un de plus. On se raccroche décidément à tout, à absolument tout. Allongée sous toutes mes couches de couvertures et plaids, je regardais par la fenêtre et je te voyais, sur ta jolie Lune. Je te remerciais de prendre soin de moi. Ton Papa m’amenait mon bouillon et Oscar se transformait en une bouillotte vivante. Le tableau était presque parfait ou peut-être que c’est la fièvre qui me faisait délirer.

J’ai profité aussi de cette période estivale de calme pour avancer sur mes projets personnels. Je te vois m’encourager et m’orienter pas à pas. Vous êtes formidables avec ton Papa, vous me suivez dans tout ce que j’entreprends et cela tombe bien car j’entreprends pour trois. Les choses semblent se concrétiser et se structurer. Cela vaut bien le coup de faire quelques insomnies. J’ai hâte de pouvoir en dire plus.

Je te vois partout car tu es la lumière de notre vie, tu illumines tout, la nuit comme le jour, le bon plutôt que le mauvais, le compliqué comme le simple, les bons jours et les plus durs. Cette puissance que la vie après la mort peut procurer est tout aussi troublante que phénoménale. Un moteur, une énergie sans pareille.

Je te vois devenir grand sans nous, je te vois vivre sans nous, je te vois douloureusement être sans nous mais l’important c’est que je te vois. J’aurai toujours un œil sur toi.

Joyeux 21 mois mon Petit Cœur.

IMG_0283

Copyright (c) 2018-2019 L’Etoile Léo. Tous droits réservés.

Crédit photo Damien Artero.

 

4 Réponses à “Je te vois”

  1. Maryse Dumoulin 13 août 2019 à 18:56 #

    Toujours aussi agréable de passer qq temps avec toi et ta famille cher Léo.

  2. Mamours/Monique 15 août 2019 à 10:56 #

    Petit Ange, il est si dur de passer tous ces jours qui s’enchaînent sans toi mais il est doux de te voir là pourtant dans les mots de ta Maman…elle et ton Papa sont le lien permanent, ardent et indestructible qui nous permet d’être toujours reliés à toi….grâce à eux, nous aussi pouvons toujours te voir, tu n’es jamais loin, paisible et souriant dans une autre vie légère et aérienne…une autre manière de t’aimer s’est installée et les textes de ta Maman nous aident à y trouver de la douceur après ce long trou noir, comme l’a dit Papours…tu habites nos coeurs et nos esprits et tu as 21 mois dans ma tête car je te vois à 21 mois, petit être tendre et malicieux. Je t’aime mon Léo et j’aimerai tous les 13 du reste de ma vie.

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus